La Foire aux idées

28 septembre 2017

  • Alain Vermeire

  • Décoration intérieure imprimée en numérique à la Fespa.

La Fespa de Hambourg a été le salon des applications. Le signmaker mordu, venu appareil photo en bandoulière, en quête de nouvelles idées intéressantes, pouvait en sortant aisément composer son album, débordant de centaines d’exemples d’imprimés inspirants. Rien que pour cette possibilité d’y faire le plein d’idées d’affaires originales, le salon valait la peine de la visite.

On y a imprimé avec toutes sortes d’encres sur les supports les plus divers. Sur les stands de Mimaki, Mutoh, Canon, Roland DG et HP, entre autres, les échantillons se distribuaient sans compter. Les petites imprimantes d’objets à LED UV occupaient un créneau à part à côté des grands systèmes d’impression. Elles poursuivent leur avancée, à en croire les beaux chiffres de vente de Mimaki, Mutoh et Roland DG.

Autre constat : le buzz marketing visant à créer un marché de la déco d’intérieur pour l’impression numérique a encore gagné en intensité. À raison d’ailleurs, car les futurs marchés de débouchés pour les imprimeurs de production dans ce type d’applications s’annoncent conséquents. Un géant comme HP continue d’injecter beaucoup d’argent dans le développement du marché de la décoration intérieure et ne ménage pas ses efforts pour le préparer à une production numérique. Ce qui devrait au final être profitable à l’ensemble du secteur.

L’autre ténor qu’est Efi souligne la hausse de la demande de soft sign. Grand avantage : tous les prestataires n’en proposent pas, pointe le constructeur. La signalétique sur textile à des fins publicitaires connaît, depuis quelques années, une progression dont on ne voit actuellement pas la fin. Principaux moteurs de ce succès, selon Efi : aspect plus prestigieux, poids moindre, facilité d’installation et possibilité de réutilisation.

L’impression numérique sur textile (mode, déco, tissus spéciaux et techniques) par différentes technologies d’encrage était massivement présente à la Fespa de Hambourg. Elle recèle un réel potentiel de croissance pour les prestataires. Attention toutefois de ne pas en perdre de vue le volet moins tangible, à savoir l’optimisation du flux de production en vue d’en accroître l’efficience et d’améliorer le service à la clientèle. L’extension des applications de workflow vers le web-to-print et l’ecommerce reste au centre des préoccupations. La transformation numérique est nécessaire aux entreprises pour continuer à se développer, et la nouvelle technologie a le potentiel requis pour les aider à fonctionner de manière radicalement différente tout en étant profitables. Ainsi ressort-il d’une enquête de Trends et Trends-Tendances, menée en collaboration avec le spécialiste du logiciel SAP auprès d’environ 1 100 chefs d’entreprises belges et autres décideurs du privé ou du public. Une conclusion qui s’applique à tous les secteurs.

Alain Vermeire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience d'utilisateur. En continuant à surfer, vous acceptez notre politique de cookies. Plus d'infos