Reflecta Graphics: solutions sur mesure pour la communication

30 novembre 2017

En novembre 2011, Claude Bamelis est entré en contact par une relation avec Reflecta Graphics, à Roulers. Nommé à la tête de l’entreprise alors en difficulté, il l’a proprement remise sur les rails. Bamelis a racheté les parts de la société au début de cette année. De nouveau en pleine santé depuis un petit temps déjà, Reflecta Graphics affiche une forte croissance. Lors de notre visite sur place, nous avons croisé rien moins que Frederik Deburghgraeve. Notre ancien champion olympique de natation est désormais responsable des ventes externes de Reflecta Graphics.

  • Claude Bamelis et Fred Deburghgraeve.

  • Cadre sur le mur de la tribune de SV Zulte Waregem.

  • Branding sur le banc de touche du RSC Anderlecht.

  • Habillage de véhicule pour Recticel.

  • Projet pour le magasin outlet Gablet à Leeuw-Saint-Pierre.

  • Aménagement de bureau: une des décorations murales.

  • Films adhésifs Way Vision sur la façade du Museum Club Brugge.

Fred Deburghgraeve, fierté nationale, médaillé d’Or du 100 mètres brasse aux Jeux olympiques d’Atlanta en 1996 et ancien détenteur du record mondial de la discipline, est entré dans la société en février 2012. Claude Bamelis avait lu dans un magazine familial populaire en Flandre que Deburghgraeve avait perdu son emploi dans la faillite de son ancien employeur, actif dans l’emballage. Il décida alors de le contacter, ce qui marqua le début d’une fructueuse collaboration. Claude Bamelis : « Reflecta Graphics employait alors quatre personnes, mais n’avait pas de représentation commerciale pour l’extérieur. En fait, nous n’en avions pas les moyens, mais nous voulions de nouveau aller rapidement de l’avant. Avec Fred, nous avons fait rentrer dans l’équipe quelqu’un qui, en plus de sa fibre commerciale et de ses fortes affinités techniques, est habité par le ‘drive’ du sportif de haut niveau. » Et travailler avec des sportifs, Claude Bamelis connaît. De 1995 à 1998, il fut responsable commercial du Club d’Harelbeke en première division de football, et avant de reprendre les rênes de Reflecta Graphics, il avait été Sport Marketing Manager Northern Europe de Nike onze années durant. Motivation, passion, dynamisme et perfection forment le fil rouge de ce double entretien.

Reflecta Graphics est un prestataire Print&Sign très largement orienté. Estce là l’ADN de l’entreprise ?

CLAUDE. Les applications d’impression et de film de lettrage représentent encore un tiers du chiffre d’affaires. D’un autre côté, plus l’offre est large, plus l’entreprise peut également faire de choses. Fred et moi, nous sommes d’accord pour penser qu’il vaut mieux conserver le plus possible en interne. Les compétences des collaborateurs déterminent la direction vers laquelle une entreprise évolue. Tout comme une équipe preste sur le terrain en fonction des possibilités de ses joueurs. La compréhension spatiale et la sensibilité technique de Fred ont fait que nous sommes forts dans le placement de panneaux et encadrements publicitaires. Fred a, pour ce type d’applications, beaucoup de bons contacts et de clients dans le secteur de la construction et de l’aménagement intérieur. Et moi de même dans le monde du sport (ndlr. : les clubs de Bruges, d’Anderlecht, de Zulte Waregem ainsi que l’Union belge font notamment partie de la clientèle). Mais nous avons bien sûr des clients dans d’autres secteurs. Nous sommes d’ailleurs à la recherche de bons installateurs. Des gens non seulement habiles de leurs mains mais aussi créatifs et clairvoyants, qui peuvent imaginer eux-mêmes des solutions sur le terrain en cas de circonstances imprévues. »

FRED. Reflecta Graphics peut compter sur une équipe dynamique. Le fait que nous ayons su faire de la société une entreprise saine tout en la faisant grandir a encore renforcé les motivations. Reflecta Graphics aussi connaît ses problèmes de croissance. Nous sommes très compétitifs et capables de faire les choses dans des délais très serrés. Ce pour quoi nous devons pouvoir compter sur une équipe polyvalente, flexible et qualifiée. C’est l’accumulation des petits détails qui fait la différence. Cette énergie fait aussi partie de l’ADN de la société. Reflecta Graphics vend d’abord et avant tout des solutions de communication sur mesure. Ce qui peut recouvrir un champ d’applications très large. Nous nous concertons avec les clients pour trouver ensemble l’option la plus adéquate dans le cadre d’un budget donné.

CLAUDE. La communication visuelle continuera d’exister. Nous voulons grandir certes, mais avec des clients satisfaits. Notre enthousiasme reste intact après chaque projet réalisé. Reflecta Graphics occupe aujourd’hui 11 personnes. Fred y a introduit la mentalité du sportif de haut niveau. Elle n’est pas toujours facile à canaliser, mais j’ai l’habitude, pour avoir moi-même régulièrement travaillé avec des athlètes de l’élite. »

Avant Reflecta Graphics, vous connaissiez le secteur ?

CLAUDE. Non, mais je m’étais déjà frotté par la bande à l’organisation de grands événements sportifs dans des fonctions antérieures.

FRED. J’ai vendu des chaussures pour Ambiorix pendant six ans. J’ai pris plaisir à y travailler, mais j’avais fait le tour. Le Print&Sign, je ne connaissais pas, mais je m’y sens comme un poisson dans l’eau. Le bricolage est l’un de mes passe-temps préférés, ce qui constitue une bonne base pour les différentes compétences exigées dans ce secteur. Avant d’opter définitivement pour la natation à l’époque, j’avais suivi une orientation en économie d’entreprise à l’école, avec une attention particulière pour l’informatique. Le fait de penser solution et de travailler en ce sens, l’importance de la vente et de l’informatique, tous ces aspects sont présents dans la branche, ce qui explique que j’y évolue avec plaisir.

Quel est le profil recherché chez Reflecta Graphics ?

FRED. Les collaborateurs capables d’eux-mêmes jouer un rôle actif et de réfléchir à ce à quoi ils sont occupés. La flexibilité et la rapidité d’exécution sont des critères importants. Ils doivent aussi être fiers de ce qu’ils ont réalisés. C’est un élément de motivation intrinsèque.

CLAUDE. Nous voulons une équipe de collaborateurs qui soit prête à grandir et réfléchir avec nous. Avec des gens passionnés par les activités de la firme. Ils sont, tout autant que nous, les ambassadeurs de l’entreprise. Il n’y a pas de place pour les profils passifs.

À quoi ressemble une journée de travail ?

FRED. Elle commence à 6 heures. Chaque journée est une surprise et est très variée : briefer le personnel, rédiger des devis, fixer des rendez-vous, donner un coup de main pour l’exécution d’une commande, aller sur place pour les métrés, commander des matériaux. Ce n’est pas du 9-5. Quand on se dit flexible, on ne doit pas avoir d’inconvénients à ce qu’un client appelle à l’aide à 17 heures.

CLAUDE. Je commence vers 8 heures en dressant la liste de mes priorités. Les tâches qui y figurent sont essentiellement liées à la vente ou de nature opérationnelle. Avec trop peu d’espace pour l’organisationnel. Je suis conscient qu’il faudrait y consacrer plus de temps, mais avec le rythme de croissance de la boîte, je n’ai pas ce luxe. Reflecta Graphics est aujourd’hui une entreprise plutôt petite et informelle, avec une organisation horizontale, où chacun connaît ses points fort et agit en conséquence.

Des projets particuliers à évoquer parmi ceux que vous avez réalisés ?

CLAUDE. Personnellement, les projets sur mesure sont ceux dont je tire le plus de satisfaction. Nous avons ainsi entièrement aménagé les loges du RSC Anderlecht pour Proximus, BWIN, Engie, Coca-Cola, Geberit, DHL et d’autres. Du tout-compris en matière de déco intérieure : pose de moquette ou de stratifié, peinture, fabrication des tables, collage de papier-peint sans raccord, installation de l’éclairage… Je me souviens aussi d’un chantier pour le Club de Bruges : nous avions quatre jours pour transformer un conteneur neutre en une attraction du biscuitier Lotus. Je m’efforce de plus en plus d’attirer les projets structurels. Nous sommes ainsi depuis des années le fournisseur attitré de la World Cup Trial de VTT à Aalter et Anvers, qui est organisée par Enter-Bike, l’entreprise derrière Kenny Belaey. Idem pour la Croky Cup, où en plus de l’aménagement fixe pour les poules de qualification, nous nous sommes occupés à 25 personnes de la cérémonie du podium après la finale. Initialement, j’avais pris la résolution, dans le prolongement de mon ancien boulot chez Nike, de faire aussi de la consultance sportive et d’encore organiser des événements. Mais pour l’instant, je n’y arrive pas (ou plus). La porte reste toutefois toujours ouverte. Car avec mon expérience, je suis convaincu de pouvoir offrir une valeur ajoutée.

FRED. Nous avons installé un encadrement extérieur cubique pour le groupe Matexi : 12 m de haut sur 6 m de large, enveloppé tout autour de bâches d’une hauteur de 6 mètres. Reflecta Graphics a décoré plusieurs bureaux de Matexi : lettrage de fenêtre, film magnétique sur intissé, etc. Léché et esthétique, un bel échantillon de corporate branding, mais rien de spectaculaire. Contrairement, par exemple, à l’installation d’un encadrement sur une hauteur de 60 m.

Allez-vous dans les salons et qu’en retenez-vous ?

CLAUDE. Oui, nous fréquentons la Fespa, le Viscom, le Grafische Vakbeurs de Gorinchem et Sign2Com. Nous rendons visite aux fournisseurs et nous examinons les nouveaux matériaux. Nous sommes en permanence à la recherche de l’œuf de Colomb mais il n’est pas facile à trouver.

FRED. Il est toujours intéressant et indispensable de sortir de sa zone de confort, pour découvrir et faire de nouvelles choses. Les foires et salons s’y prêtent bien. Nous ne nous lançons dans du neuf que si nous avons le sentiment de pouvoir y arriver.

Reste-il des choses qui peuvent vous surprendre dans la branche ?

FRED. Les applications exécutées ‘tip-top’ mais aussi des choses qui le sont moins. Quatre encadrements accrochés tout de travers sur un mur ; un panneau publicitaire planté dans le sol dont on se demande si l’installateur avait son niveau ce jour-là. C’est une question d’engagement et de savoir à quelle hauteur l’exécutant a placé la barre. Il faut rester critique envers son propre travail, le peaufiner et se corriger constamment. Quand des panneaux publicitaires à la côte sont déséquilibrés ou abîmés par la tempête, vous souhaitez malgré tout y mettre bon ordre le plus rapidement possible, non ? Une installation endommagée est une publicité négative, tant pour le prestataire que pour le donneur d’ordre. On peut en tirer des enseignements en tant qu’entreprise et imaginer des solutions qui éviteront que la même situation ne se reproduise. Les installations suivent les règles de la Côte, on va dire. Une entreprise peut aussi sous-traiter des chantiers, mais nous préférons malgré tout faire tout nous-mêmes. Question de garantir et préserver une certaine uniformité. Pas une fois ainsi et une autre, autrement.

CLAUDE. Voilà le sportif de haut niveau qui parle. Cela me maintient en alerte. Nous n’avons rien contre la concurrence, mais les produits et services ont un prix. Cela me surprend toujours de voir à quel point les prix dans la branche sont tirés vers le bas, par l’utilisation de matériaux bon marché et qui ne conviennent pas à l’application. Le pigeon dans l’histoire, c’est le client en fin de compte, car il ne savait pas à ce moment-là. Voilà pourquoi le contact personnel et le conseil restent si importants. On peut alors expliquer pourquoi on va utiliser des tubes d’un certain diamètre, quel film convient le mieux pour des applications à court ou long terme, en quoi un caisson textile avec éclairage LED est une solution esthétique, etc.

Pour conclure, quels sont les plans d’avenir de Reflecta Graphics ?

CLAUDE. Il nous faudrait plus de structure, et un peu d’accalmie de temps en temps. Mais nous continuons à grandir. Le statu quo n’est pas une option. L’incompétence et le manque de motivation sont synonymes de retour en arrière. Nous allons certainement investir à l’avenir, mais aujourd’hui, nous faisons attention aux dépenses. Nous avons un certain nombre d’idées dans nos tiroirs, que nous n’arrivons pas à concrétiser pour le moment. Reflecta Graphics est active au niveau national. La direction dans laquelle nous allons évoluer dépendra notamment des compétences de nos collaborateurs futurs, dont nous avons urgemment besoin.

Alain Vermeire