Pantoon Benes lance une technique de transfert à toner

30 novembre 2017

Pantoon Benes étend son assortiment dans le domaine de l’impression-transfert sur textile. Sa solution de transferts à toner pour textiles de couleurs claires ou sombres a été présentée au showroom de Tamise par Jan Van Hemelen.

  • Jan Van Hemelen présente les possibilité du transfert à toner.

  • Le transfert textile a pris place dans le showroom de Pantoon Benes à Temse.

  • Qui le souhaite peut acquérir le logiciel adapté pour l’impressiontransfert par toner auprès du distributeur.

Pantoon Benes collabore pour cette technique avec des partenaires triés sur le volet : le fabricant italien Shockline pour le papier-transfert, OKI pour les imprimantes à LED laser quatre couleurs + blanc et Sefa pour les presses à chaud. Le nouveau catalogue « Transfert textile » de 20 pages du distributeur a aussi été dévoilé pendant la journée de démonstrations. À côté des supports d’impression-transfert par toner, on trouve aussi la gamme flex (tant pour la découpe que pour l’impression-découpe/numérique).

« Le transfert à toner est une technique qui permet de reporter des images sur textile sans trop de peine et moyennant un faible investissement, et ce à partir d’une feuille imprimée A4 ou A3. Nous allons ainsi dans le sens du no-more-weeding’ (ni découpe ni pelage). Pour l’impression des papiers-transferts Shockline, nous proposons l’imprimante à toner CMJN + blanc d’Oki en format A4 ou A3 », dit Jan Van Hemelen, responsable des applications de transfert textile chez Pantoon Benes. Une spécialité qui a désormais pleinement sa place dans le showroom.

Gamme Shockline

Shockline est un fabricant italien de Termoli. Cette cité balnéaire de la côte Adriatique est située dans le Molise, région du Centre-Sud de l’Italie, plus particulièrement dans la province de Campobasso (juste en-dessous des Abruzzes). Jan Van Hemelen a sélectionné pour Pantoon Benes quatre solutions destinées à répondre aux différents besoins et desiderata des clients, lesquelles correspondent à 4 types de papier-transfert de Shockline :

FC TopCut 2016 : procédé en une étape (sans feuille adhésivée additionnelle) : pour les textiles blancs ou de couleur claire, les aplats de couleurs (tons directs) et les dégradés. Lavable jusqu’à 40 °C.

FC Shopper : solution économique en une étape pour les sacs de courses promotionnels en coton tissé dense ou moyen ou autres textiles non enduits. Lavage à la main à l’eau froide, mais le mode de lavage est ici peu pertinent étant donné que ce type de sacs en textile est généralement distribué gratuitement lors de braderies, salons commerciaux ou journées portes ouvertes.

FC TopColor : procédé en deux étapes (feuille d’impression et feuille adhésive à part), pour les textiles sombres et les aplats bien découpés. Les transferts métallisés sont possibles moyennant l’utilisation de films métalliques colorés.

FC TopDarkNew : le produit phare pour des imprimés étirables, clairs et couvrants, comme mentionné dans le catalogue. Lavable jusqu’à 40°C.

Procédure pour un transfert à toner

Pour un transfert en deux étapes, procéder grosso modo de la manière suivante : placer la feuille d’impression dans l’imprimante laser ; imprimer le motif ; poser le tapis stabilisant bleu + feuille de garde sur le plateau inférieur de la presse à chaud et presser 120 secondes à 140 °C. Le tapis bleu est destiné à maintenir le transfert et la couche adhésive en place au moment de la séparation. Très pratique car cela permet d’avoir les deux mains libres : disposer la feuille d’impression vers le haut + feuille adhésive tournée vers le bas + par-dessus la feuille de garde, dans la presse à chaud ; presser 60 secondes à 145°C ; séparer la feuille adhésive de la feuille d’impression d’un geste fluide et égal ; placer le tee-shirt sur le plateau inférieur de la presse à chaud + disposer le transfert à toner avec le côté colle vers le bas sur le tee-shirt ; presser 22 secondes à 140 °C ; sortir le tee-shirt de la presse à chaud et enlever le liner lorsque celui-ci a refroidi. Le textile imprimé est prêt ; un post-pressage avec une feuille de protection est une étape facultative pour tous les procédés Shockline. Cette étape supplémentaire est destinée à assurer une meilleure tenue au lavage du textile.

Pour un transfert en une seule étape, la méthode est plus ou moins la suivante : imprimer une feuille en mode miroir sur l’imprimante Oki ; préchauffer la presse à 175 ° C ; sur le plateau inférieur de la presse, disposer le tee-shirt (ou une autre pièce de textile) + papier-transfert + tapis polyester ; presser à 175 °C ; enlever le tapis polyester et après 5 secondes, ôter le liner du transfert. Seules les parties comportant du toner sont transférées ; poser une feuille de garde ordinaire sur le dessin (important pour une haute résistance au lavage) ; presser à 175 °C pendant 35 secondes ; puis enlever la feuille de garde : le textile imprimé est terminé.

Rien de bien compliqué car l’ensemble des éléments et des feuilles nécessaires à un transfert à toner réussi est fourni dans l’emballage, instructions comprises. Une solution tout-dans-la-boîte, donc.

Également disponible : le RIP logiciel Shockline pour une sortie optimale des imprimés blancs et colorés sur textile. Le logiciel suggère le meilleur papier-transfert utilisable pour chaque application et il calcule les coûts de consommables. Pantoon Benes dispose aussi d’un laminat liquide à appliquer manuellement pour les transferts de sa gamme, ce qui permet d’améliorer leur protection contre les lavages fréquents.

Les avantages du transfert à toner selon Jan Van Hemelen: plus de créations à détourer et plus de pelage ; plus de traitement préalable des textiles foncés (allusion aux imprimantes directes sur textile ou direct-to-garment) ; pas besoin d’un séchage après l’impression ; pas de têtes jet d’encre à nettoyer vu que l’on imprime avec du toner ; bon marché par rapport à un investissement dans un système DTG en sérigraphie. Contrairement à la sérigraphie, une impression-transfert à toner a un même coût fixe par exemplaire. Pour des textiles imprimés répétitifs en quantités croissantes, il arrive toutefois un moment où la sérigraphie revient moins cher. Le point-bascule est à calculer. En revanche, pour un imprimé unique et personnalisé, la solution du transfert à toner est certainement à envisager.

Alain Vermeire