Zünd Experience Days

30 novembre 2017

Le voyage à Altstätten, en Suisse, en valait certainement la peine. On attendait un peu plus d’ouverture de la part du constructeur helvétique et on y a eu droit. Du moins concernant ses tables de découpe et de fraisage. Trois jours durant, dix machines de démonstration ont fait découvrir autant d’opérations de façonnage à plus de 300 invités venus de 36 pays.

  • 1. Karl Zünd, le fondateur (à droite), avec son fils Oliver.

  • 2. Le bâtiment de Zünd : réduction d’émission de 80 tonnes de CO2.

  • 3. Découpe de textile sur la Zünd G3 XL-3200.

  • 4. « Cradle feeder » sur la Zünd G3 XL-3200.

  • 5. Module de découpe laser sur la G3 XL-2500.

  • 6. G3 L-2500 avec module d’impression jet d’encre de Leibinger (à gauche).

  • 7. Tête d’impression Leibinger Jet3 (à droite) en module Zünd standard.

  • 8. Module de fraisage RM-L pour plaques de plexi épaisses.

  • 9. Découpe d’un panneau de mousse de 11 cm d’épaisseur.

  • 10. Découpe de cuir sur la D3 2XL-3200.

  • 11. Robot de déchargement sur la S3 M-800.

Zünd Systemtechnik AG

Les entités Zünd Holding AG et Zünd Systemtechnik AG ont à leur tête (1) Karl Zünd, le fondateur, et son fils Oliver. Mike, l’autre fils, dirige Zünd Asia Ltd. Les chiffres fournis à Altstätten nous ont appris à faire mieux connaissance avec l’entreprise. C’est en 1984 que Karl Zünd a jeté les bases de la société, qui emploie aujourd’hui 336 personnes dans le monde. L’effectif est réparti comme suit dans les différents départements : R&D 23 % / ICT 15 % / vente & marketing 16 % / production 26 % / après-vente 9 % / logistique 11 %. Chiffre d’affaires annuel : 123,7 millions de francs suisses. Zünd dispose de 7 implantations propres de par le monde et travaille avec 60 distributeurs. Ses produits sont installés dans plus de 100 pays. Les machines de Zünd sont 100 % suisses : 75 % de toutes les pièces proviennent de sous-traitants présents dans un rayon de 30 km autour de l’usine d’Altstätten. August Manser AG, implanté juste à côté, est le principal fournisseur. On le voyait aussi à la petite flotte de wagonnets spéciaux chargés d’éléments préfabriqués qui n’ont que la ruelle à traverser pour livrer à flux tendu. Zünd, à la base, est une entreprise d’assemblage opérant en régime de jour. Elle a redéfini son focus voici une dizaine d’années en prenant ses distances d’avec les imprimantes à plat à jet d’encre UV. Ce qui a conduit à la création de swissQprint, sise environ 6 km plus loin, à Kriessern. Cette reconcentration de l’activité s’est avérée payante. En plus d’avoir survécu à la crise de 2008 et 2009, Zünd excelle et prospère à présent sur un marché où une vingtaine de concurrentsrien qu’en Europe occidentale- sont déjà actifs, parfois avec des solutions comparables. Les installations les plus récentes en Belgique de tables de découpe Zünd ont eu lieu chez Zenith Automotive, à Zaventem, et OTM, à Bruxelles, avec une D3 XL-3200. Outre la réputation de robustesse des fabrications suisses, le secret du positionnement de Zünd en tant que marque A « made in Switzerland » tient également à une approche du client et un service après-vente de haut niveau et à des upgrades machines réalisées par ses propres implantations ou via des distributeurs agréés. Zünd est active dans six domaines d’application : industrie graphique / emballages / cuir / textile / matériaux composites / spécialités techniques. Ce dont elle fait la démonstration lors de ses participations à une septantaine de salons, toujours avec des machines basées sur un principe de découpe et fraisage en X-Y-Z. La politique de développement durable de Zünd transparaît notamment dans son investissement dans des bâtiments industriels répondant au (2) label de construction « Minergie-P », définissant des besoins en énergie très faibles. De quoi éviter chaque année l’émission de 80 tonnes de CO2, soit une réduction de 20 % par rapport à des bâtiments conventionnels.

Dix démos d’applications

Au centre de démonstration de Zünd, à Altstätten, dix tables de découpe et fraisage sont en permanence à disposition pour des présentations devant des clients potentiels ou des essais de R&D et/ou de production. Nous en avons encore vu trois autres affectées aux formations. Cela peut paraître fort luxueux, mais il faut savoir que Zünd a précisément investi dans cet équipement en période de crise, et sans licencier personne. Manifestement, elle en récolte aujourd’hui les fruits. Nous avons jeté un coup d’œil sur les démos et pris note de l’essentiel. (3) Sur une table de découpe G3 XL-3200, une bande de textile imprimé un peu lâche d’environ 120 cm de large (de Durst) était découpée correctement suivant le modèle, alors que le tissu n’était pas déplissé à 100 %. (4) Le nouveau « cradle feeder » (litt. berceau de chargement) de Zünd a pour tâche de réceptionner les produits semi-finis enroulés, qui arrivent généralement froissés, et de les dérouler sans tension sur le convoyeur à bandes pour faire en sorte qu’ils soient le plus tendus possible sur la table aspirante. Ce qui fonctionnait assez bien. Grâce au mouvement rotatif de la lame, les petites ondulations restantes étaient avalées sans difficulté. Au-dessus de cette table G3 XL, un nouveau type de caméra OCC (Over Cutter Camera) capture toutes les marques de repérage en même temps et assure la détection par code QR du travail sur la table. Grâce à cet équipement auxiliaire, la découpe peut commencer rapidement. (5) Une démonstration de découpe et de soudure (des bords) de tissu polyester a ensuite été donnée sur une G3 XL-2500, équipée d’un module laser LM 100 W, ici aussi sous la supervision de la caméra OCC précitée. La tête de laser se déplace en X et Y et découpe légèrement plus lentement que la molette de coupe du module de fraisage. La grande surface de travail et le fait que le support n’est pas toujours bien plat a rendu le choix du laser X-Y inévitable pour Zünd. Le textile polyester découpé de cette manière ne doit plus être ourlé, car le laser « soude » déjà le bord hermétiquement. Ces bords textiles soudés sont toutefois assez durs et raides, et ils peuvent, par exemple, rendre le tissu inutilisable pour une tenue de sport à cause du risque d’abrasion. Auquel cas, la solution molette de découpe + ourlet aura de nouveau la préférence. Un système laser pouvant opérer (beaucoup) plus rapidement à partir d’un point surélevé avec des miroirs n’était pas une option envisageable pour Zünd vu le coût. Celui-ci aurait en outre aussi entraîné des restrictions du point de vue des substrats et/ou de l’épaisseur. (6) Après la démo sur textile, notre arrêt suivant était consacré à la découpe et au marquage par une tête Leibinger Jet3 à jet d’encre continu (à l’odeur assez désagréable). Cette table façonnait des sacoches Zünd dans du polyester de 0,8 mm d’épaisseur, avec perforations superficielles sur les lignes de pli. Une tête (7) Leibinger à entraînement motorisé Zünd (se déplaçant en parallèle à la tête de fraisage/découpe) imprimait un texte en classiques caractères de marquage matriciels sur le support. À noter que le texte une fois imprimé ne sentait pas. Le produit final devenait ainsi un chouette gadget pour une action promotionnelle. La Zünd G3 M-2500 proposait une démonstration de fraisage à haute puissance de plexi et de MDF, un système RM-L se frayait un chemin à travers une plaque de plexiglas d’environ 2,5 cm d’épaisseur. (8) Le module de fraisage RM-L est une électrobroche d’une puissance de 3,6 kW offrant un couple maximum de 0,7 Nm, à tête interchangeable via le système de changement d’outils automatique de Zünd. Voir la vidéo YouTube « Routing MDF with the 3.6 kW Routing System RM-L ». Sur le poste de démo dédié à la réalisation de mousses de calage, une table de découpe (9) G3 XL-3200 montrait comment un outil de sciage vertical à déplacement en X-Y-Z débitait des plaques de mousse de 11 cm d’épaisseur en blocs de puzzle. Zünd montrait par ailleurs plusieurs configurations pour l’industrie du cuir. Notamment une longue chaîne de travail du cuir, conçue pour répartir les pièces de la manière la plus avantageuse possible sur des peaux de vache irrégulières, tout en contournant les zones faibles. Cette chaîne de production intégrait la (10) D3 2XL-3200, la table de découpe de Zünd à double traverse. Le poste de robotique collaborative montrait sur une (11) table de découpe S3 M-800 le fonctionnement ininterrompu et sans surveillance d’un bras de déchargement robotisé de Zünd. Pendant que le tapis est « alimenté » en plaques à découper d’un côté de la machine, le bras robot récupère les découpes à la sortie. Un bel exemple de fonctionnalité continue !

Mécanique Zünd

Comme dans d’autres usines de fabrication mécanique, la production chez Zünd se répartit entre les activités de préassemblage et d’assemblage principal/final. Le préassemblage, qui couvre également les réparations des pièces détachées, emploie 25 personnes, tandis que 18 techniciens de production, distribués sur 11 types de machine, sont affectés à l’assemblage final. Cela commence par l’inspection des livraisons extérieures. Après les derniers contrôles, une G3 disparaît en deux, et une D3, en trois caisses de transport. Une S3 est emballée tout entière pour l’expédition. Le hall d’assemblage laisse bien voir comment les tables aspirantes de Zünd s’articulent. La construction s’opère toujours à partir de cinq segments disposés les uns à côté des autres. L’un de ces segments fait 43 cm de large et est constitué d’aluminium, avec une plaque de fond plus une plaque supérieure perforée. Elles font environ 4-5 cm d’épaisseur avec le joint d’encadrement. Par-dessus est étendu une sorte de tapis très poreux qui fait aussi office d’amortisseur pour les outils de découpe et/ou de fraisage dépassant à travers les substrats pendant le façonnage. Ce tapis est une pièce d’usure, qui se remplace assez facilement. Interdiction était toutefois faite de prendre des photos dans l’usine. Conclusion des Zünd Experience Days : l’entreprise a fait étalage de machines robustes et éprouvées, associées à un logiciel bien rodé pour la découpe/fraisage de panneaux, textiles, éléments de signalétique et PLV, présentoirs, emballages et produits en cuir. Pour des découpes (laser) d’une plus grande finesse, parfois même plus proches de la dentelle, des machines de constructeurs comme Highcon et Sei sont davantage indiquées.

Jan Vroegop