Décoration d’articles promotionnels

08 mars 2018

« Promo World » et « Planet Textiles » (1) : les banderoles dans le hall d’entrée du PSI annonçaient clairement la couleur de l’événement. PSI est le salon annuel par excellence pour les articles promotionnels. Leur décoration et/ou personnalisation attire surtout des professionnels du secteur de l’imprimerie.

  • 1. Salon PSI 2018 à Düsseldorf.

  • 2. PSI 2018, festival des tendances et des idées.

  • 3. ESC DecoTec.

  • 4. Offre de machines à broder de Melco.

  • 5. Offre de ZSK pour la broderie.

  • 6. CUPSZ : exemple de gobelets imprimés avec une presse Xeikon.

  • 7. Stand InkCups.

  • 8. Unité d’impression LedUV Helix.

  • 9. Gobelet imprimé en LedUV sur Helix.

  • 10. Imprimante de gadget InkCups.

  • 11. Stand de Roland DG.

  • 12. Impression Roland sur ballon de football.

  • 13. VersaUV LEC-330 vue de l’arrière.

  • 14. Büth GCC JF-240UV.

  • 15. Sur le stand de Mutoh.

  • 16. Plectres personnalisés.

  • 17. Mimaki UJF-7151plus.

  • 18. Mimaki UCJV300-160.

  • 19. Impression de gadgets par sublimation chez Epson.

  • 20. Four de sublimation SubliTec.

  • 21. Kornit Storm Hexa.

  • 22. Büth BG UV-Mark.

  • 23. Trotec SpeedMarker 300.

  • 24. Stand de Colordruck.

En 2019 (2), le PSI, organisation de Reed Exhibitions Deutschland GmbH, se tiendra à Düsseldorf simultanément avec le Viscom - également propriété de Reed. Les deux événements ont vu leur influence décliner au fil des éditions précédentes. Ce qui n’empêche pas PSI de se présenter comme le salon de référence en Europe pour les fabricants d’articles promotionnels. 925 exposants sont venus vanter leurs articles publicitaires cette année, contre encore 988 en 2017. Le salon a attiré 17 342 visiteurs, une affluence en baisse de 4 % par rapport à 2017 (18 094). Selon l’organisateur du PSI, 1 200 clients finaux se sont présentés pour le « jour du client ». Ils étaient encore 1 700 l’an dernier, soit un net recul de près de 30 %. Cette édition faisait quand même un peu moins « festival des tendances et des idées » que d’habitude. D’où cette nouvelle approche pour 2019, main dans la main avec le Viscom. Date : du 8 au 10 janvier 2019, à Düsseldorf.

Principales techniques décoratives

En cette année 2018, les deux principales techniques de décoration des articles promotionnels sont l’impression par jet d’encre UV et la gravure au laser. (3) La tampographie n’a certainement pas dit son dernier mot, mais on n’en recensait malgré tout qu’un seul fournisseur au PSI : ESC DecoTec, de Bad Salzuflen (Allemagne), qui proposait le système EAZY-160 de Comec (Italie), pour un format de cliché maximum de 18 x 36 cm, au prix de 7 500 euros. Le revendeur pour le Benelux est Knoors Printing Systems & Supplies, à Budel (Pays-Bas). (4) Des machines de broderie, avec tous leurs accessoires, étaient en démonstration sur le stand de Melco ; lequel était aussi celui des fils textiles Madeira. Le revendeur pour le Benelux est Elinco Textielmachines, à Almere (Pays-Bas). (5) ZSK Stickmaschinen, de Krefeld, était également présent avec ses machines à broder ZSK Sprint. Vente directe auprès de ZSK. Lire également le passage sur ZSK dans l’article consacré au Heimtextil 2018, dans ce même numéro. (6) Nous avons aussi découvert les gobelets en carton personnalisés de CUPZ, à Tilburg. La décoration variable est imprimée avec des toners de qualité alimentaire sur une presse numérique Xeikon, alors que les gobelets sont encore à plat. Ce produit écologique venu de Tilburg se prête aussi bien à un usage en entreprise qu’à des fins promotionnelles.

Imprimantes UV de décoration

Pour rester dans les gobelets, mentionnons (7) InkCups, de la société américaine Ink-Cups-Now (www.inkcups.com). Avec une double présentation remarquée ! D’une part : le lancement au PSI de la nouvelle (8/9) imprimante LedUV Helix pour objets cylindriques tels que tasses, bouteilles, canettes ou fourreaux. Différents jeux d’accessoires font tourner les objets cylindriques à 360o devant la tête d’impression LedUV fixe. La Helix met 9 secondes pour imprimer un gobelet à 1 200 x 1 200 dpi en CMJN+2 x blanc. Cette nouvelle venue est beaucoup plus rapide qu’une imprimante UV de table auquel on aura ajouté un module d’impression de bouteilles. Le deuxième fait remarquable est que l’Américain InkCups propose des imprimantes de gadgets de façon assez agressive dans notre région. InkCups a fait la démonstration de sa (10) XJET LedUV six couleurs (CMJN+2 x blanc) en deux versions selon le format d’objet maximum : la grande (80 x 80 x 15 cm) et la petite (50 x 60 x 15 cm). Le constructeur a un nouveau distributeur allemand : InkCups Europe, à Freudenberg. Deux imprimantes LedUV à plat autonome et la Helix360° pour objets cylindriques étaient donc montrées en fonctionnement sur le stand. Aucun prix de vente n’a été mentionné au salon pour ces systèmes d’impression. (11) Sur un stand relativement étendu, le constructeur Roland étalait tous ses modèles connus d’imprimantes de gadgets à LedUV, comme la VersaUV-LEF300 et la VersaSTUDIO. (12/13) Quand on voit la Roland VersaUV LEC330 réglée à la bonne hauteur pour imprimer des ballons de football et affichée à un prix de 50 000 euros, on se demande si elle peut constituer une « alternative de qualité suffisante » à la Heidelberg Jetmaster-250 (devenue entre-temps OmniFire-250), tarifée à 350 000 euros. Cette OmniFire peut recouvrir l’entièreté d’un ballon d’une impression polychrome de manière presque totalement automatique, alors que la Roland en imprime trois l’un à côté de l’autre. Ceux-ci doivent toutefois toujours être légèrement tournés manuellement sur la Roland pour qu’elle puisse imprimer les différents hexagones. Comme la VersaUV LEC est conçue pour imprimer des surfaces planes, l’image sur le ballon rond doit respecter un arc de courbure de maximum 3 mm. D’où des plans images relativement petits. Cette option est parfois suffisante pour des amateurs de foot : une alternative lowcost, avec des résultats à l’avenant. Avec son plateau d’impression long et un volume d’objet de 82,6 x 209 x 20 cm (ou davantage), cette imprimante à plat offre toutefois d’autres possibilités. (14) L’imprimante à plat LedUV hybride JF-240UV de GCC constituait une option intéressante pour l’impression de gadgets sur le stand de Büth. Caractéristiques techniques : max. 1 440 x 1 440 dpi en CMJN+Blanc+Blanc. Le volume de travail est de 61 x 50,8 x 30 cm en hauteur. Il existe aussi une option d’impression de rouleau à rouleau. La machine est à vendre pour environ 40 000 euros, chez Büth Graviersysteme GmbH & Co. KG, à Bassum (www.buthgrav.com), en Allemagne, ou chez l’importateur principal GCC-Europe, à Capelle a/d IJssel (www.gccworld.com), aux Pays-Bas. (15) Mutoh exposait son imprimante à plat Led-UV ValueJet 1638 UH à volume de travail de 162,5 x 120 x 1,5 cm, pour des gadgets relativement plats, comme des briquets, etc. Nombre de couleurs maximum : CMJN + 2 x blanc + 2 x vernis. Matériaux compatibles selon Mutoh : ABS, plaque aluminium, carton plat, carton cannelé et ondulé, verre, PC, PE, PET, PES, PMMA (plexi), PP, PS et PVC. Avec sa résolution de 1 440 x 1 440 dpi, la ValueJet 1638 convient très bien pour la reproduction de texte en petits caractères. Mutoh exposait aussi ses imprimantes LedUV de table bien connues ValueJet VJ-628, VJ-426UF à 17 000 euros et VJ-626UF à 27 000 euros. (16) Outre des briquets, balles de golf et une kyrielle d’autres objets, Mutoh a montré des impressions sur des articles promotionnels minuscules comme des plectres de guitariste ou des caches pour les objectifs caméra des ordinateurs portables. Tous ces objets peuvent bien sûr être personnalisés. (17) La Mimaki UJF-7151plus (51 x 71 x 15,3 cm), imprimante à plat proposée à 48 500 euros, demande de l’automatisation au vu de toutes les manipulations. Garnir tout un plateau de gadgets, les imprimer et ensuite les évacuer, tout cela prend du temps. Mimaki a encore exposé ses imprimantes LedUV bien connues : les UJF6042Mk-II à 37 800 euros (61 x 42 x 15,3 cm) et UJF-3042MkII à 19 800 euros (30 x 42 x 15,3 cm), l’une et l’autre offrant une résolution maximale de 1 200 x 1 200 dpi. Le module en option pour l’impression de bouteilles ou d’objets cylindriques coûte respectivement 3 000 et 2 500 euros. (18) Avec son système d’impression-découpe grand format UCJV300-160 LedUV roll2roll, Mimaki proposait quelque chose de particulier au PSI : une impression multicouche à bon pouvoir couvrant sur un film d’un noir de jais. L’impression du blanc en premier, puis des couleurs sur la couche blanche séchée, permet d’obtenir une image aux couleurs intenses, superbement contrastées sur le fond noir. Sur film transparent, l’impression multilayer en quatre couches permet d’obtenir de nouveaux produits, comme des imprimés dont l’image est différente la nuit en rétroéclairage et le jour en frontlight. Nombre de couleurs max. : CcMmJNBlanc, selon le nombre de têtes. La UCJV300-160 avec deux têtes coûte 24 000 euros, et la UC-JV300-160 à une seule tête, 16 800 euros. Stickerkoning, à Veldhoven (Pays-Bas), avait un besoin tellement pressant de ce nouveau type d’imprimante que la machine lui a été expédiée directement par avion en provenance du Japon. (19) Epson n’a pas d’imprimante LedUV de table dans son assortiment, mais a proposé des démonstrations d’impression de gadgets par sublimation. Cette technique décorative résiste encore mieux à l’usure, car les couleurs pénètrent dans la couche supérieure du matériau polyester. Outre l’imprimante, elle nécessite aussi un (20) four de sublimation sous vide, à 4 000 euros (four SubliTec 3D A3 1T), ainsi qu’un film-transfert à 6 euros/m2, sur lequel l’image est imprimée inversée afin d’être lisible à l’endroit après sublimation. On trouve différents fours de sublimation sous vide dans le commerce. Également disponible directement auprès de SubliTec, à Lurano (Italie). Parfois, les revendeurs Epson proposent aussi les fournitures de sublimation. (21) Kornit avait également réservé un stand au PSI. Des tee-shirts promotionnels noirs ou blancs étaient imprimés sur une Kornit Storm Hexa. La Storm Hexa a un format d’impression de 70 x 50 cm. Elle imprime avec 16 têtes CMJNRougeVert+blanc sur des supports tels que le coton, le polyester, les mélanges de fibres, le lycra, la viscose, la soie, le cuir, le denim, le lin, la laine, et bien d’autres. La productivité maximale est de 170 tee-shirts blancs ou 85 noirs. Le prix est d’environ 205 000 euros via Screenproducts, revendeur pour le Benelux à Badhoevedorp (Pays-Bas).

Marquage au laser

Le marquage au laser passe généralement pour une forme de décoration ou de personnalisation élégante, surtout lorsqu’une résistance élevée aux éraflures et une grande finesse de textes et/ou de dessins sont exigées. Et ce sur des matériaux métalliques difficiles tels que l’inox. (22) Büth, à Bassum (Allemagne), a proposé des démonstrations d’une machine de gravure BG-UV Mark à laser 355 nm, dotée d’un système de détection par balayage sur trois axes. La puissance est réglable entre 2 et 20 watts. Le format de gravure max. est de 16 x 16 cm. La BG-UV était proposée au salon au prix action de 41 500 euros. (23) Trotec Laser Deutschland a montré une solution comparable : le SpeedMarker 300, pour une hauteur d’objet maximale de 25 cm, un plan de gravure de 19 x 19 cm et une gravure suivant l’axe Z. Puissance réglable entre 10 et 50 watts. Le modèle exposé au salon coûtait 45 000 euros. Vente via Trotec Benelux, à Haaksbergen (Pays-Bas).

Pour terminer (24), une impression du stand de Colordruck au PSI. Notre intérêt a été titillé du fait que l’entreprise était en train de mettre en service la Heidelberg Primefire 106 (une presse jet d’encre de format B1 pour l’impression d’emballages), la deuxième installation d’Allemagne. Nous nous étions alors demandé comment un imprimeur d’emballages de l’envergure de Colordruck, qui dégage 42 millions d’euros de chiffre d’affaires, pensait faire pour occuper cette machine à plein temps. Sa présence au salon était en tout état de cause mise à profit pour promouvoir la presse numérique. Sur le stand, on pouvait lire, en anglais et en allemand dans le texte : « Mass customization in Perfektion. Design your packaging by Dynaments ». Dynaments est un portail e-business dédié aux emballages personnalisés. En attendant de pouvoir produire sur la Primefire 106, Colordruck imprime sur une HP Indigo 30000 Digital Press de format B2 (75 x 53 cm), acquise à la Drupa 2016. Une machine de découpe laser Highcon Beam de format B1 complète l’offre de finition numérique de Colordruck.

Jan Vroegop