Tissu personnalisé et 2.0 pour un vêtement unique

08 mars 2018

Surfant sur la tendance du “fait maison”, la plateforme Happy Sunday propose des tissus à personnaliser soi-même, en ligne, pour créer ensuite, à la maison, ses propres vêtements.

  • De gauche à droite : Uyen Nguyen et Kevin Blanco Valle, cofondateurs, Ilva Godroli, responsable marketing et Laurie Bonnefoy, responsable qualité.

Le do it yourself séduit depuis quelques années. Happy Sunday, une start-up liégeoise, l’a bien compris. Le concept est simple : créer des vêtements uniques, grâce à la commande de tissus avec des impressions personnalisées, via une plateforme en ligne. Il suffit de télécharger le motif imaginé, de choisir sa taille, son emplacement et la longueur du tissu souhaité. Ensuite, Happy Sunday prend le relais grâce à sa machine à impression digitale. La start-up a obtenu cet engin suite à son titre de finaliste de l’e-Start & Go en 2015. Lors de ce concours, le projet est repéré par le VentureLab (écosystème de soutien entrepreneurial à Liège), qui lui permet de lever des fonds. Il bénéficie aussi du soutien de Digital Wallonia. Après deux ans de développement, Kevin Blanco Valle et Uyen Nguyen, les deux cofondateurs, lancent leur start-up en septembre 2017.

“Parmi nos valeurs, nous cherchons à nous réapproprier nos vêtements et à offrir des alternatives à la consommation de masse”, confie la cofondatrice Uyen Nguyen. Les tissus sont de qualité supérieure. Ils viennent du Royaume-Uni. Les créations sont donc 100 % européennes. Mais tout ça a un prix : le mètre linéaire de tissu (1,50 m x 1 m) coûte 22,90 euros, personnalisation comprise. “On ne cherche pas le prix le plus bas. Faire son propre vêtement coûte plus cher, mais c’est du circuit court. Ethiquement parlant, c’est mieux”, ajoute Uyen Nguyen.

Malgré son récent lancement, Happy Sunday considère ses débuts encourageants : “notre start-up démarre doucement, mais on voit clairement que les gens portent un intérêt à ce projet”. Dans un premier temps, la start-up souhaite toucher un public amateur de couture, des petits professionnels qui ont besoin de faibles quantités de tissus personnalisés, mais aussi des étudiants dans le milieu de la mode. A terme, Kevin Blanco Valle et Uyen Nguyen, aimeraient que leur concept touche tout un chacun.

Selon Happy Sunday, la couture connaît une véritable renaissance depuis quelques années : « Les ateliers, cours de couture et tutoriels en ligne ne cessent de se multiplier en Belgique ». La couture, un loisir longtemps considéré comme désuet par certains, retrouve donc un certain engouement. Les créateurs de Happy Sunday : « De la même façon que l’artisanat est revenu au goût du jour grâce à l’impression 3D ou à la gravure laser, nous voulons moderniser la couture en utilisant l’impression numérique sur tissu. Nous voulons aussi faire tomber les barrières anciennement imposées à la créativité tout en mettant l’accent sur l’authenticité des créations de chacun ».

Happy Sunday utilise ainsi les dernières technologies d’impression numérique sur textile pour rendre la couture accessible à tous grâce à leur plateforme en ligne. Toutes les commandes sont intégralement produites sur place à Liège. Happy Sunday utilise pour ce faire deux machines : un système d’impression jet d’encre pour tissus en encre pigmentaire et une machine de fixation pour sécher et fixer l’encre.

La plateforme liégeoise propose différents types de tissu en bambou et coton (popeline ou serge). Depuis peu, le satin de soie et la crêpe de soie ont aussi fait leur apparition dans l’assortiment de tissus.

Pour créer son tissu personnalisé, il suffit d’envoyer son motif en PNG, JPEG ou GIF (max. 10 Mo) sur www.happySunday.co. Les fichiers en PDF et vectoriels peuvent aussi être envoyés en passant par un service personnalisé. Par ailleurs, près de 80 motifs différents sont déjà disponibles sur le site, certains pour usage non commercial.

Aurela Ricciardi