Une scénographie innovante met Magritte à l’honneur à l’Atomium

08 mars 2018

50 ans après la disparition de René Magritte, l’Atomium Expo lui rend hommage avec une exposition en 3D. Des reproductions géantes et des décors imprimés plutôt que des œuvres originales du peintre surréaliste belge mettent à l’honneur ses œuvres.

  • « La clairvoyance » de René Magritte reproduite en 3D.

  • La porte issue de l’œuvre « La réponse imprévue » matérialisée en 3D pour l’exposition à l’honneur de René Magritte.

  • Les célèbres pommes de Magritte font office de chaises dans la zone de projection.

  • Les reproductions imprimées géantes des œuvres de Magritte ont été réalisées par l’entreprise Impact Visual Communication Bvba, de Westmalle.

Avis aux amateurs : l’Atomium à Bruxelles offre une exposition ludique baptisée « Atomium meets Surrealism » pour les 50 ans de la mort de René Magritte. Cette petite expo de 400 m2 s’étend sur deux niveaux et occupe une des neufs sphères de l’Atomium. Avant tout ludique et pédagogique pour les jeunes et les écoles, l’expo offre aussi de quoi inspirer les imprimeurs numériques et professionnels du grand format. Pour cause, ce ne sont pas des œuvres originales de René Magritte que vous pourrez admirer, mais plutôt des reproductions géantes et des décors en 3D, accompagnés de panneaux didactiques. La scénographie théâtrale imaginée par les producteurs WPG Uitgevers Belgique et Arrano tient compte de l’architecture de l’Atomium. Arrano est notamment connu pour ses spectacles et événements d’envergure comme Cavalia, FC De Kampioenen, etc.

Neuf œuvres majeures du peintre ont été reproduites, mais aussi transformées en décor. Parmi elles, on retrouve « Les amants », « Le fils de l’homme », « Le double secret », « L’empire des lumières », « La clairvoyance ». Au premier niveau, le visiteur est directement immergé dans l’univers de Magritte avec des œuvres agrandies en trois dimensions. Des éclairages adaptés à chaque œuvre ainsi que des bandes-son complètent la scénographie théâtrale. Au second niveau, l’exposition se prolonge par des citations marquantes de Magritte sur son art et le surréalisme en général et des projections. Certaines compositions et mises en scène permettent aux visiteurs d’interagir avec les œuvres de différentes façons : par le toucher, en faisant des selfies ou encore en s’asseyant sur des pommes géantes pour visionner une projection. Plusieurs éléments incontournables des peintures de Magritte sont matérialisés tels les nuages et des oiseaux suspendus, une porte ou encore un cadre géant.

Impressions XL

Les reproductions imprimées extra-larges ont été réalisées par Impact Visual Communication Bvba, aussi connue sur internet sous le nom de domaine go4impact.be. Établie à Westmalle, l’entreprise est spécialisée dans la production et l’installation d’impressions XL pour différents secteurs comme les musées, artistes, agences de publicité… Impact Visual Communication utilise pour ce faire des systèmes d’impression jet d’encre et à sublimation qui permettent d’imprimer une grande variété de matériaux jusqu’à cinq mètres de large. Pour l’exposition de Magritte à l’Atomium, différents supports d’impression ont été utilisés, des panneaux sandwich pour le petit format aux toiles et stickers pour le très grand format. Sept œuvres ont été reproduites soit sur des toiles géantes qui recouvrent de grands pans de mur soit sur des films adhésifs. Le moindre détail des œuvres de Magritte est ainsi mis à nu. Pour ces reproductions géantes, l’imprimeur numérique a imprimé des toiles sur une imprimante UV bobine-bobine Durst Rho 500. Ce type de toile en polyester avec une enduction en PVC offre un rendu mat et est spécialement utilisé pour la décoration imprimée de fonds de scène, de stands ou d’autres applications grand format. Pour les reproductions sur les films adhésifs, les metteurs en scène ont exploité le sol en combinaison avec une structure verticale. Pour cela, différents vinyles adhésifs de haute adhérence pour le sol et les panneaux ont été utilisés avec un pelliculage mat. Ces matériaux ont quant à eux été imprimés sur un système d’impression écosolvant de Mimaki. Cette partie un peu plus délicate a nécessité plusieurs tests colorimétriques afin d’harmoniser les couleurs des différents substrats, fait savoir l’imprimeur Joachim Van Dyck d’Impact Visual Communication.

L’exposition « Atomium meets Surrealism » est accessible jusqu’au 10 septembre 2018, du lundi au dimanche de 10 à 18 heures.

Aurelia Ricciardi