Riso : nouveau showroom à Bruxelles et nouvelle gamme d’imprimantes

11 septembre 2017

En partenariat avec Riso, le distributeur liégeois Arcatech a inauguré en juin dernier un showroom à Bruxelles baptisé « RISO by Arcatech ». Celui-ci est consacré aux solutions d’impression jet d’encre à froid de production et aux modules de finition du fabricant japonais RISO.

L’équipe Arcatech by Riso lors de l’inauguration du showroom à Bruxelles.

En Europe, la plateforme commerciale du fabricant japonais RISO est basée en France. En 2015, après avoir sillonné la Belgique à la recherche d’un distributeur pour la Belgique et le Luxembourg, Riso a jeté son dévolu sur Arcatech. Fondé en 1994 à Liège, Arcatech est un fournisseur de solutions d’impression, informatiques et logicielles. Dans le cadre d’une stratégie d’expansion en Belgique, Arcatech a ouvert en partenariat avec Riso un tout nouveau showroom à Zaventem, 633 D rue Leuvensesteenweg. Il est baptisé « RISO by Arcatech ».

Avec la technologie d’impression jet d’encre à froid de Riso, Arcatech vise entre autres les routeurs, les centres de copies, l’enseignement, les administrations et les PME. Pour l’heure une cinquantaine d’équipements Riso sont installés en Belgique, notamment chez Speos, contre 150 aux Pays-Bas. En France, le parc compte 10.000 machines installées. Si la marque Riso souffre d’une certaine reconnaissance sur le marché belge, Riso by Arcatech se montre bien déterminé à prouver qu’il peut être un acteur au même titre que Canon, Xerox, Ricoh ou encore HP. «En Belgique, l’impression Riso est encore trop peu ou mal connue », dit Arcadipane Emmanuele, administrateur délégué d’Arcatech. Beaucoup associent encore Riso à la technique d’impression à froid du duplicopieur aussi appelé risographe, créé en 1958.

Le jet d’encre à froid

En 2005, le groupe japonais Riso Kagaku Corporation s’est lancé dans une nouvelle gamme d’imprimantes de production en quadrichromie basée sur la technologie jet d’encre « Forcejet ». Alternative à la technologie laser avec un toner, RISO emploie une encre à base d’huile et de pigments naturels qui permet une impression à froid. Selon le fabricant, l’absence de four induite par cette technologie rend la machine plus fiable. Les feuilles n’étant plus chauffées, le risque de bourrages papier qui résulte de la hausse de la température diminue. Les imprimantes de production Riso ne dégagent pas non plus d’ozone et sont peu énergivores d’après les données du fabricant.

La gamme ComColor

Lancée en janvier 2017, la nouvelle série ComColor GD a été conçue pour l’impression de documents hauts volumes tels que les catalogues. La gamme comprend les imprimantes GD 7330 et GD 9630 destinées à l’éditique et à l’impression de documents de gestion. Elles permettent de produire respectivement 130 pages par minute et 160 ppm. Grâce à l’encre grise comme cinquième couleur, ces imprimantes ont la particularité de consommer moins d’encre pour une impression plus colorée par rapport à l’ancienne génération. génération. Pour économiser les encres quadri, l’encre grise est substituée au mélange égal de cyan, magenta et jaune. Selon Arcatech, le gris permet d’optimiser le rendu de 15 % avec des dégradés plus subtils et des couleurs plus intenses. Associée à l’encre noir, la couleur grise diminue la réflexion lumineuse sur le papier et donne un noir plus intense. La série ComColor GD est dotée du contrôleur Efi Fiery qui permet de mieux gérer la colorimétrie et la mise en page.

En finition, Riso propose deux modules pour équiper les Com-Color GD. D’une part, le module de reliure allant jusqu’à 62 livrets par heure et d’autre part un module de mise sous pli qui peut mettre sous pli jusqu’à 8 pages A4 et jusqu’à 2.400 plis par heure. À Bruxelles, Publimail s’est récemment équipé d’une telle solution d’impression et de mise sous pli.

Aurelia Ricciardi