Le Sign2Com 2018 fut une belle édition

29 novembre 2018

Les organisateurs et les exposants du Sign2Com en auront une fois de plus fait un beau salon. L’expo nationale du secteur du print & sign à Courtrai valait décidément la visite. Les discussions d’affaires s’y tiennent dans une atmosphère informelle et l’offre était représentative d’une bonne part du marché. Ceux qui n’avaient pu se rendre à la Fespa de Berlin pouvaient y découvrir un certain nombre de nouvelles machines. Nouveaux matériaux et applications originales nourrissaient l’inspiration. Le compteur du salon s’est arrêté sur 3 577 visiteurs (étudiants non compris). Notre compte rendu.

Foodtruck gonflable

X-Treme Creations, fabricant d’objets gonflables (inflatables, blowups 3D) de Zaventem maintes fois primé à l’international, est un nom connu dans la branche. Le foodtruck gonflable illustré sur la photo existe en différentes versions. Les food-trucks sont également disponibles en location. L’idée est née d’une collaboration avec une société de catering néerlandaise, qui en possède sept à ce jour. « Les véhicules gonflables trouvent de plus en plus d’applications. Kiosques d’information, stands d’expo, bars-disco, etc. Ils peuvent être conçus et fabriqués sur mesure pour le client », dit Dolf Dix, d’X-Treme Creations. « Une agence de field marketing a fait réaliser un truck gonflable KBC, destiné à servir de stand d’information lors d’événements. Un corps de police des Pays-Bas fait également de la promotion avec une voiture de police gonflable. Pour les foodtrucks, nous sommes partis d’un simple croquis. Il est passionnant de voir comment de nouvelles idées aboutissent à de nouvelles choses, et de découvrir jusqu’où on peut aller. »

Les véhicules gonflables ouvrent de nouveaux marchés pour les « inflatables »

Solution web-to-print abordable

Four Pees est spécialisée dans les logiciels d’automatisation de production et de contrôle de qualité. La société de Sint-Amandsberg, dans la région gantoise, était au salon pour présenter le logiciel SaaS Pressero. Four Pees décrit ce logiciel web2print comme une solution souple pour petites et moyennes entreprises, qui ne requiert pas de connaissance particulière du Web de la part de l’utilisateur. Prestataires graphiques et signaléticiens peuvent ainsi mettre en place un portail B2B et proposer leurs produits imprimés dans une boutique en ligne. Le progiciel complet et multifonctionnel coûte moins de 6 000 euros, l’utilisateur ayant ainsi la possibilité de créer un nombre illimité de sites B2B pour ses clients. Une redevance d’abonnement mensuelle de 600 euros est en outre facturée pour la maintenance et l’hébergement (SaaS=logiciel en tant que service). « L’utilisateur (preneur de la licence) peut répercuter ce coût sur ses différents clients, ce qui donne un prix par client très avantageux », dit Tom Peire, CEO de Four Pees. « La solution logicielle peut être intégrée dans un flux de production ou couplée à un MIS. » Sur la photo : à gauche, Michiel Van den Saffele, Application Specialist, Four Pees, à droite Tom Peire, CEO, Four Pees.

Logiciel W2P abordable sans connaissances particulières

Applications des membres à l’honneur sur le stand de la BSO

La BSO (Belgian Sign Organization), l’association professionnelle des fabricants-installateurs d’enseignes en Belgique, montrait sur son stand un certain nombre de belles réalisations de quelques-uns de ses adhérents. « Reflex » est une enseigne multifonctionnelle pour applications aussi bien extérieures qu’intérieures. Elle comporte à l’avant des lettres fraisées d’une hauteur maximale de 150 mm, en PVC ou plexi. Ces lettres peuvent être déplacées ou remplacées. La plaque de fond en Forex 3 mm peut être imprimée et se clipse et se déclipse facilement sur le cadre. L’éclairage indirect dans la couleur souhaitée ou en quatre couleurs RGBW peut être commandé sans fil via une app sur iPhone ou Android. L’enseigne fait 50 cm de large et est facilement extensible à 300 cm. Fournisseur : Kambel (www.kambel.be). Du fabricant lillois Kalisign, on pouvait voir l’application pour enseignes « So Thin ». Un éclairage LED peut être implanté et coulé sous résine dans des lettres jusqu’à 2 mm d’épaisseur (comme sur l’exemple) pour une diffusion égale de la lumière dans une enseigne à la finition parfaite. La profondeur minimale des lettres est de 3 cm. Le système de commande de l’enseigne peut être piloté à partir d’un smartphone. Le fabricant offre une garantie totale sur 10 000 heures d’éclairage LED, et ce pour une durée de 5 ans.

« Neon Effect » est une autre application que les prestataires en print&sign et les spécialistes de l’enseigne lumineuse peuvent trouver chez Kalisign. L’effet néon comme sur la photo a été obtenu à l’aide d’un éclairage LED intégré dans les lettres arrondies. De quoi obtenir le look vintage du néon avec les avantages du LED, explique encore le fabricant Kalisign. Approprié pour l’intérieur ou l’extérieur et entièrement personnalisable (couleur, finition, taille, design). Kalisign fait fabriquer ses commandes dans son usine de Guangdong, en Chine.

Enseigne multifonctionnelle – éclairage LED dans des lettres de 2 mm d’épaisseur – look néon avec des LED

Nautasign : imprimante à plat HP Latex et procédé UVgel de Canon

Tant Nautasign que Pantoon montraient la toute nouvelle HP Latex R1000 de 160 cm de large, seule et unique imprimante à plat hybride à encres aqueuses au monde. Sa grande sœur, la HP Latex R2000 Plus de 2,5 m de largeur d’impression, était en démonstration à la Fespa de Berlin, en mai dernier. La production de ces nouvelles hybrides convient à la fois pour les applications d’extérieur et d’intérieur. Les imprimantes Latex d’HP utilisent le même type d’encre Latex série R pour tous les supports possibles. Le blanc est au même prix que les CMJN.

Une autre nouveauté en vedette sur le stand de Nautasign (et aussi sur celui de Canon) était la Canon Océ Colorado 1640 quatre couleurs à procédé UVgel. Grâce à son sécheur LED, l’imprimante de 1 625 mm de large convient pour les matériaux synthétiques minces ou sensibles à la chaleur. Tant Peter Van de Vyvere, de Nautasign, que Roel Wijnants, de Canon, disent noter un intérêt marqué pour cette machine auprès des imprimeries offset. Le système d’impression est notamment alimenté à partir de deux rouleaux, ce qui rend possible un changement automatique et une alternance de l’un à l’autre. De quoi produire, par exemple, 10 000 autocollants à la cadence de 57 m2/h, ou des affiches électorales à la plus haute vitesse (159 m2/h). Question qualité, l’impression présente par nature un degré élevé de brillance qui rend un pelliculage superflu. Étaient également visibles sur le stand de Nautasign, une HP Latex 570 de 1 625 mm de large, ainsi que la très rapide Epson SureColor SC-S80600 à neuf couleurs écosolvant de 1 626 cm, qui offre une productivité maximale de 95,1 m2/heure.

Imprimante à plat avec encres HP Latex – impression rapide d’affiches de qualité sur Canon Colorado

Printolia, textile imprimé de qualité à fort pouvoir d’attraction

Guy Roelants a lancé la marque Printolia à l’édition précédente du Sign2Com, en 2016. Roelants, qui profile la marque Printolia comme une garantie de haute qualité, est aujourd’hui en mesure de proposer une solution intégrale associant systèmes de présentation et textiles sublimés (imprimés par la technique de sublimation de colorants). Printolia travaille exclusivement avec des revendeurs professionnels. La possibilité est ainsi offerte d’un service de A à Z pour l’impression et la confection des toiles textiles au format des cadres. « Le client peut dormir sur ses deux oreilles. Les textiles imprimés sont manufacturés pour épouser parfaitement les cadres sur lesquels ils sont tendus, ce qui exclut toute mauvaise surprise au montage. » Printolia a également étendu les possibilités de configuration créative avec des cadres tubulaires ordinaires. Des marques distinctes ont été imaginées pour les différents concepts de cadres. « Printolia commence là où beaucoup d’autres fournisseurs s’arrêtent. Nous voulons montrer que nous pouvons offrir une valeur ajoutée en tirant un meilleur parti du cadre tubulaire que tout le monde connaît. » Le superbe stand arrangé sous le thème « Food Markt » était une illustration de ce que Guy Roelants parvient à obtenir avec des cadres de présentation habillés de textiles imprimés sous l’ombrelle de Printolia : cadres incurvés ; cadres textiles avec rideaux de LED de rétroéclairage, enroulables et faciles à installer ; animation par éclairage LED derrière les toiles imprimées, etc. Les solutions exposées attirent l’attention et augmentent le « stopping power ».

Plus que les cadres tubulaires ordinaires – cadres, impression + confection comme service complet

Epson : impression textile et projecteur de signalétique compact

Epson proposait des démonstrations de sa gamme d’imprimantes SureColor pour diverses applications : des textiles imprimés à l’habillage de véhicules en passant par les tirages photo de haute qualité. Après l’avoir fait sur les grandes foires internationales, le géant technologique japonais montre pour la première fois en Belgique son grand intérêt pour l’impression textile destinée au monde de la mode. On pouvait voir sur son stand quelques objets d’une minicollection d’automne pour Alter Era. Alter Era est le jeune label de mode d’Alicia Declerck et Zhanna Belskaya, avec lesquelles Epson a également collaboré pour les Brussels Fashion Days. Les créations Alter Era avaient été imprimées sur papier-transfert avec l’Epson SC-F9300. Les motifs d’Alter Era constituaient le fil rouge des échantillons imprimés représentatifs de l’assortiment Epson exposés sur le stand. Un mannequin était empaqueté dans du matériau autocollant sur lequel un motif Alter Era avait été imprimé avec une SC-S80600. Des clichés pris lors d’une séance photo étaient imprimés sur une imprimante photo SC-P10000. Le modèle sur la photo portait des créations Alter-Era. Des tee-shirts et des sacs étaient décorés sur place d’un joli design à l’aide d’une imprimante DTG (Direct-To-Garment) SC-F2100. Des démonstrations d’impression par sublimation étaient également proposées.

Epson table sur un grand marché dans le domaine de l’impression numérique sur textile pour applications de décoration et de mode. Ce pour quoi l’entreprise a d’abord racheté en 2016 le fabricant italien Robustelli, de Côme, connu pour les imprimantes Monna Lisa, et avant cela en 2015, la société For.Tex (pré et post-traitement du textile, également à Côme). Les imprimantes pour textile Monna Lisa sont disponibles en trois largeurs : 180, 220 et 320 mm. Selon un collaborateur d’Epson, plus de 100 de ces machines impriment 24h/24 dans la région de Côme, pour le compte de petites et grandes marques.

Epson est numéro un sur le marché des projecteurs numériques pour les petit et moyen segments. Des démonstrations du LightScene EV-100 (2 345 euros HTVA) étaient données sur le stand. Ce projecteur de signalétique peut charger simplement des listes de lectures, par le biais d’une carte SD par exemple. Il permet de projeter des images nettes, éclatantes et chargées d’ambiance sur un mur, au plafond ou au sol, dans des magasins, des bars, des espaces de rencontre, des clubs, etc. Les possibilités de ce projecteur peuvent être un complément au répertoire classique de produits de signalétique du signmaker.

Epson étend progressivement sa gamme pour l’impression numérique sur textile – la projection d’images, corde supplémentaire à l’arc du signmaker

Appfactory : support d’impression pour grand format et HP Indigo

Appfactory dispose à présent aussi d’un support certifié (feuilles 50 x 70 cm ou rouleaux) pour les presses numériques HP Indigo. Au Sign2Com, l’entreprise a présenté un nouveau substrat pour sols : le Master FloorSticker. Ce matériau autoadhésif est un film polyester légèrement texturé, pouvant être imprimé avec des encres (éco)solvant, UV ou Latex, sans nécessiter de pelliculage. Il est disponible en 1 372 et 1 524 mm de large pour un grammage de 224 g/m2. Ce support tout en un, tel que le décrit Appfactory, résiste aux rayures et est certifié antidérapant R10. DecoStick Mettalic est un autre matériau pour applications grand format. Ce support polyester pour impression jet d’encre est disponible en 3 couleurs métalliques : argenté, doré et rose doré ; avec effet métallisé sur les deux faces ou d’un seul côté ; avec couche adhésive enlevable ou permanente ; convenant pour applications d’intérieur ou d’extérieur et résistant à l’eau ; disponible en 1 372 et 1 524 mm de large, en 76 g/m2. La surface métallisée peut se découper à la perfection et les contours sont aisément pelables. Applications : lettres, logos, décoration métallique, etc.

Nouveaux matériaux autocollants, dont substrat de sol et support métallisé

ReclameOnline.be investit dans deux imprimantes Agfa

Entreprise en pleine croissance, ReclameOnline.be /Publi-FDM a fait savoir au salon Sign2Com qu’elle investissait dans deux imprimantes jet d’encre grand format d’Agfa Graphics.

Reclameonline.be & Publi-FDM sont les noms des entreprises de Franky De Meyer. La nouvelle de l’achat de deux nouveaux systèmes d’impression d’Agfa a fait l’objet d’une annonce festive lors du Sign2Com. Il s’agit en l’occurrence d’une Agfa Tauro HS2500 LED hybride 6 couleurs + blanc (32 têtes en tout) de 2,5 mètres de large, pouvant produire jusqu’à 275 m2/h en deux passes ; et d’une Anapurna RTR 3200i rouleau-rouleau 6 couleurs de 3,3 mètres, équipée d’un kit pour bâche microperforée. Les imprimantes seront associées au flux de production Asanti d’Agfa.

ReclameOnline.be/Publi-FDM est une entreprise en pleine croissance. Créée en septembre 2013 par Franky De Meyer, elle emploie aujourd’hui 22 personnes. De Meyer a depuis investi environ 2,4 millions d’euros en machines. Les machines sont installées dans un nouveau hall de 700 m2 au siège d’Hautem-Saint-Liévin, dont la superficie totale atteint à présent 2 200 m2. Franky De Meyer dit avoir de 150 à 300 commandes par jour, mais souhaite atteindre les 500. L’entreprise propose 4 000 variables de produits dans son assortiment et note une forte augmentation des demandes pour livraison le jour-même. ReclameOnline.be est la plate-forme web et la boutique en ligne de la société, qui propose aussi ses services de sous-traitant à d’autres entreprise de production et à une clientèle de revendeurs. Sur la photo : Franky De Meyer (à gauche) et Niko Dheedene, d’Agfa Graphics.

Nouveaux investissements pour entreprise en rapide croissance – production en sous-traitance

Papyrus : large gamme Mutoh et qualité supérieure avec l’impression par sublimation sur ChromaLuxe

Papyrus a exposé notamment trois imprimantes Mutoh lancées récemment. Tout d’abord, la PerformanceJet PJ-2508UF UV-LED à plat (2 540 x 1 250 mm et épaisseur maxi de 10 cm), vue pour la première fois à la Fespa de Berlin. Elle peut être équipée de 4, 6 ou 8 têtes et offre une résolution maximale de 605 x 1 200 dpi. Autre nouveauté sur le stand, la Mutoh ValueJet 1638UR UV LED rouleau-rouleau qui imprime sur 1 615 mm de large, jusqu’à 1 440 dpi, en 4 ou 6 couleurs. On pouvait également voir la Mutoh ValueJet 1638UH hybride (pour supports souples et rigides, jusqu’à 15 mm d’épaisseur), une imprimante UV LED offrant une largeur d’impression de 1 615 mm, et disponible en 4 ou 6 couleurs. David Goris, de Papyrus, constate que le procédé UV a trouvé sa voie dans les segments de marché inférieurs. Ce qui peut partiellement s’expliquer par l’idée largement répandue que les encres UV pourraient imprimer sur n’importe quel matériau et que la technique conviendrait donc pour toutes les applications. Rien n’est pourtant moins vrai, dit David Goris. Kris Berghs, de Mutoh, a d’ailleurs donné un peu plus tard, lors de l’un des séminaires organisés pendant Sign2Com, un exposé passionnant sur les points forts respectifs des différentes techniques d’encrage (lire par ailleurs dans ce magazine). Conclusion de Berghs et Goris : la technologie d’impression optimale pour toutes les applications n’existe pas. Les encres au solvant actuelles, basées sur une sélection intelligente de solvants moins agressifs, constituent encore un complément nécessaire et adéquat au parc de machines du signaléticien moderne. David Goris : « Les fabricants de panneaux manquent encore d’informations quant à la manière dont l’encre UV se comporte sur différents types de matériaux synthétiques utilisés pour les applications d’extérieur. Il faut encore beaucoup expérimenter. Celui qui veut assurer un service optimal et complet à ses clients a intérêt à disposer aussi d’une imprimante écosolvant chez lui. »

Papyrus a un partenariat exclusif avec ChromaLuxe, fabricant de supports plans haut de gamme pour impression par sublimation en haute définition. ChromaLuxe est synonyme de qualité photographique et de couleurs éclatantes. Une proposition de valeur qui est toutefois difficile à vendre en ligne, l’écran ne permettant pas de visualiser la qualité supérieure de l’imprimé. La marque ChromaLuxe est réputée auprès des photographes, pourquoi ne serait-ce pas aussi le cas pour les applications de décoration, par exemple ? Cette réflexion a amené Papyrus à s’engager dans une collaboration avec ChromaLuxe et un certain nombre d’autres partenaires dans le but d’offrir une solution intégrale : ChromaLuxe pour les plaques (aluminium, MDF, acier, carton compact, bois naturel, contreplaqué) ; Sawgrass pour les encres à sublimation ; Mutoh pour les imprimantes à sublimation ; Sefa pour les presses à chaud.

Imprimante PerformanceJet PJ-258UF UV-LED de Mutoh - impression haute définition par sublimation sur ChromaLuxe

Canon nourrit des ambitions pour le procédé UVgel dans un large spectre d’applications

Canon est le fabricant de la Colorado UV-gel, installée à une quinzaine d’exemplaires dans le Benelux depuis son lancement en mars 2017. Dont une moitié auprès d’imprimeurs offset, comme l’explique Roel Wijnants, de Canon. Elles y sont surtout affectées à l’impression d’affiches (sur couché machine, papier dos bleu, etc.), mais servent aussi pour des bâches, comme lors de la récente campagne électorale. Selon les estimations, environ un tiers du volume sortant des Colorado est destiné à des applications papier et un autre tiers à des applications autoadhésives. La Colorado est aussi utilisée par les clients pour du papier peint, le procédé UVgel semblant taillé sur mesure pour l’impression sur film PVC. Un sérigraphe a, par exemple, imprimé 10 000 m2 ces trois derniers mois, sur une machine que Canon présente comme rentable à partir de 7 000 m2/an.

Canon propose un plug-in Photoshop permettant de simuler en 3D des effets d’impression en relief. L’imprimeur peut ainsi demander à ses clients finaux d’utiliser cette extension et de fournir un package PDF à l’issue du processus de conception. Le PDF sera ensuite dépaqueté et converti pour pouvoir être imprimé sur l’imprimante à plat Arizona. Canon a intégré tout ce processus au sein d’une solution conviviale.

Souhaitant se rapprocher du marché européen, Canon est occupée à déménager le site de production de ses imprimantes grand format Océ Arizona, de Vancouver, au Canada, vers Poing, en Allemagne. La production doit y être augmentée, avec à la clé, 100 emplois nouveaux. Ce à quoi 50 fonctions de recherche et développement devraient encore venir s’ajouter sur le site de Venlo aux Pays-Bas, dit Canon.

Canon produit déjà certains modèles de l’Océ Arizona sur le site de Poing depuis quelques années. À partir de fin septembre 2018, toutes les imprimantes à plat de Canon viendront d’Allemagne. En plus de renforcer son effectif, l’entreprise travaille également à élargir son réseau de fournisseurs. Le déménagement du site canadien devrait, selon Canon, entraîner une augmentation de plus de 30 % de la production à Poing. Trois systèmes Océ Arizona devraient en sortir chaque jour à partir d’octobre 2018.

En concentrant l’ensemble de sa production d’imprimantes à plat sur une usine centralisée, Canon entend renforcer sa position sur le marché européen. Les délais de livraison des machines aux clients du Vieux continent s’en trouveront également écourtés.

La série d’imprimantes à plat Océ Arizona a été lancée voici plus de dix ans. Quelque 7 000 machines sont en service dans le monde, selon Canon.

La Colorado UVgel objet d’un intérêt croissant – plug-in Photoshop pour l’impression en relief – usine européenne pour les imprimantes Arizona

PantoonBenes : rénovation intérieure trois fois par jour

La déco intérieure du bar sur le stand de PantoonBenes était refaite trois fois par jour. De quoi faire la preuve qu’un relooking n’a rien d’une corvée pour qui dispose de bons supports :

Pour l’habillage des murs du bar : X8 Self Adhesive Textile Opaque ; X8 Spray & Up Washable ; Neschen Easy Dot Mat ; Printable Ferrous + base.

Pour les cadres en alternance de thème : plaque Forex et panneau de bois, imprimés sur HP Latex R1000 ; toile Fredrix Canvas Tempo ; caisson lumineux HP Durable Backlit Fabric.

Réfrigérateur rétro : Avery Dennison MPI 1105 Easy Apply RS & Avery Dennison Supreme Wrapping Film.

Et pour être complet, la déco des trois parois permanentes devant le bar : Aslan Premium Blackboard Film BB 910 (imprimé sur HP Latex R1000) ; Mactac WW Textured Wall Film Veneziano ; Avery Dennison MPI 2000 + pelliculage avec Mactac Permafun Peach Skin.

La HP Latex R1000 hybride était une nouvelle-venue très remarquée chez PantoonBenes également. Les visiteurs pouvaient se rendre compte de la qualité de sortie de la nouvelle imprimante en examinant des échantillons imprimés sur supports rigides. Étaient également visibles sur le stand : le système d’impression-dé-coupe Roland DG SolJet Pro4 XR-640 sept couleurs à encres écosolvant, la Surecolor S80600 d’Epson et une table de découpe Esko Kongsberg. Une nouveauté à signaler du côté des supports de transfert : un papier-transfert imprimable au toner pour matériaux rigides. Autrement dit, un prétraitement de l’objet, souvent nécessaire en sublimation, est superflu. Des objets ordinaires en aluminium, plexi, plastique rigide, céramique, verre, bois, etc. peuvent ainsi être facilement ornés d’une impression. Ainsi peut-on lire dans le nouveau catalogue de transfert de PantoonBenes.

HP Latex R1000 hybride, nouvelle-venue remarquée – transfert à toner sur matériaux rigides – idées inventives avec les matériaux

Nouveaux propriétaires pour le groupe Lunado

Le groupe néerlandais Lunado, l’un des grossistes les plus connus dans la branche, a été racheté par les investisseurs Jack van de Winkel et Egbert Smelt. Erik de Jong, dirigeant de Lunado dont il fut le visage des années durant, a encore lié davantage son avenir à celui de l’entreprise, dont il est devenu copropriétaire.

25 ans exactement après la création de l’entreprise, son fondateur et directeur, Luuk Mieloo, a décidé de céder une participation majoritaire à Egbert Smelt et Jack van de Winkel. Ceux-ci apporteront leur soutien à la société dans la poursuite de sa croissance et de sa professionnalisation. Egbert Smelt était déjà depuis tout un temps impliqué dans Lunado en tant que consultant auprès du management. Il en est devenu le directeur général au 1er août. Luuk Mieloo reste quant à lui actif en tant qu’actionnaire et conseiller de la direction.

« L’expérience apportée par les nouveaux propriétaires va permettre une mise en œuvre accélérée de nos plans ambitieux », a déclaré Erik de Jong, responsable des activités journalières de Lunado depuis le 1er août. « L’objectif de Lunado est depuis toujours d’être un partenaire pour les revendeurs sur le marché publicitaire et signalétique. Une politique que nous ne souhaitons absolument pas changer, mais bien améliorer en réagissant et en innovant encore plus vite. »

Le spécialiste du display Lunado va également déployer un service d’impression pour pouvoir proposer des toiles au format ad hoc et à la confection impeccable pour ses systèmes et cadres de présentation.

Sur la photo, de gauche à droite : Eric de Jongh, Egbert Smelt, Dennis Kok (Sales Manager), Alex Doeves (Marketing & Communication, maintenant ex-Lunado).

Des cadres et un service d’impression annoncé

Fujifilm continue d’étendre la famille Acuity

Fujifilm a montré sur son stand l’imprimante UV à plat Acuity Select HS. Environ 6 000 exemplaires de la famille Acuity ont été installés dans le monde. Celle-ci s’est enrichie de deux nouveaux rejetons à la Fespa 2018 : l’Acuity Ultra et l’Acuity B1. L’imprimante UV à plat Acuity Ultra de 3,2 et 5 m de large embarque des têtes d’impression à niveau de gris de 3,5 picolitres en 6 couleurs standard et imprime jusqu’à 236 m2 par heure. Elle peut prendre en charge 3 rouleaux simultanément. Fujifilm estime le potentiel pour le Benelux à une quinzaine de machines. L’Acuity B1 (1 050 x 750 mm, jusqu’à 10 cm d’épaisseur de supports) est commercialisée par Inca, son fabricant, sous le label Onset-M. L’Acuity B1 est une imprimante à plat avec margeur et réception automatisés et séchage hybride (LED UV + UV). Projetant des gouttelettes de 7 picolitres et disponible avec 4 ou 8 canaux de couleurs, elle produit jusqu’à 200 feuilles par heure. Également visible sur le stand de Fujifilm, l’Acuity LED 1600II hybride affiche une productivité maxi. de 33 m2/h.

Imprimante à plat et hybride Fujifilm

Vivalyte : solutions d’éclairage à base de LED

Vivalyte, à Wevelgem, est un prestataire spécialisé dans les solutions d’éclairage LED pour applications d’intérieur ou d’extérieur. Son stand attrayant en mettait un certain nombre en avant :

Le caisson lumineux dynamique associe imprimé et animation vidéo par LED. Le design de l’animation, que le client peut créer lui-même, peut être chargé, à partir d’une clé USB ou par Internet, sur le contrôleur LED dynamique qui pilote les panneaux LED derrière l’imprimé. La solution revient moins cher qu’un écran vidéo full-motion et elle génère nettement plus de « stopping power » (plus de 20 % selon Vivalyte). Le caisson éclairé dynamique est réalisable en toutes dimensions. Sur le stand, l’animation LED était combinée avec la photo imprimée d’une barque sur une rivière.

L’éclairage néon est tendance. Neon is back. Vivalyte propose une alternative au néon à base d’éclairage LED. Les LED sont introduites dans des flexibles en silicone résistants aux UV. Il en existe de différentes grosseurs, en diverses couleurs d’éclairage LED ou à base de LED RVB. Dans l’exemple visible sur le stand avec le cowboy guitariste, les flexibles LED sont clipsés dans un contour fraisé. Le résultat est magnifique.

Le Smart Signage est une autre solution d’éclairage. Dans ce concept intelligent, la gestion, la régulation, le contrôle et l’analyse de l’éclairage sur le terrain (totems, lettres-boîtiers, enseignes de façade, caissons lumineux, etc.) peuvent être pilotés à distance et en temps réel à l’aide d’appareils mobiles ou sur un PC. La liaison est établie via le cloud.

Et pour finir : Vivaclip est un rideau enroulable de barrettes LED pour applications rétroéclairées. Aussi facile que rapide à installer.

Caisson lumineux dynamique avec animation LED – effet néon à base de LED – gestion de l’éclairage à distance

Digital Dot : la signalétique 3D fait la différence

Digital Dot distribue l’imprimante 3D grand format de Massivit. La Massivit 1500 était ainsi exposée sur son stand. Dans le cadre de la partie séminaires, Nico Desmedt a donné un exposé fort prisé sur l’utilisation de l’impression 3D pour la signalétique. « Les clients souhaitent se démarquer par rapport à la concurrence, mais ils continuent malgré tout d’utiliser les mêmes applications et les mêmes matériaux. Faire de la publicité, c’est se distinguer par la différence. Ce qui est possible avec la signalétique 3D. On peut imprimer toutes sortes d’objets agrandis en trois dimensions, mais d’autres applications sont aussi possibles. Comme des lettres de façade, des lettres-boîtiers, des enseignes, des stands d’exposition, du matériel de salon, des meubles, des systèmes de présentation, des cadres de stands, etc., et ce sous les formes les plus créatives. Des images et objets imprimés en 3D peuvent être placés aux endroits stratégiques pour capter l’attention. De quoi créer des spots à selfies très fréquentés. La fabrication avec les techniques d’impression 3D trouve un terrain d’expression idéal dans l’art urbain. On peut aussi réaliser des moules pour le thermoformage, ou combiner des imprimés 2D avec des objets 3D. » De récentes études ont démontré, souligne Nico Desmedt, que la publicité 3D génère cinq fois plus de stopping power, et quatre fois plus de staying power, que la publicité 2D. Un présentoir visuellement créatif imprimé en 3D pour des chips Doritos a ainsi entraîné une hausse des ventes de 40 % chez un retailer. Digital Dot a annoncé récemment que le studio 3D Next Level, spécialiste de l’impression 3D, a installé la première imprimante 3D Massivit 1800 du Benelux.

Nombreuses applications pour l’impression 3D : objets publicitaires, lettres de façade, lettres-boîtiers, moules, coins à selfies, etc.

Spandex : succès belge avec la swissQprint et plus de 200 films de décoration en stock

Sur le stand du fournisseur Spandex, on pouvait assister à des démonstrations d’une Nyala LED, de swissQprint, qui imprimait notamment des effets optiques 3D selon le procédé Droptix du constructeur. Yves Quintens, de Spandex, a énuméré un certain nombre d’installations récentes de modèles swissQprint dans nos contrées : une Oryx 2 UV chez Nickel Creative Solutions, à Anderlecht ; une Nyala 3 LED offrant une productivité de pointe de 206 m2/h en format 3,2 x 2 m chez, respectivement, Art Vision International à Wommelgem et Nikkel Signs à Maaseik ; une Oryx 3 LED à 65 m2/heure et au format 2,5 x 2 m chez un sérigraphe belge ; une Nyala chez Magraf à Anderlecht ; une Oryx chez HVH Reclame à Wavre-Sainte-Catherine ; et une Impala 3 LED chez C&M Printing, à Barneveld (Pays-Bas). La Nyala LED du stand a été vendue après le salon à un client de Flandre occidentale.

La 1 000e imprimante UV, une Nyala, est sortie de l’usine suisse de swissQprint le 11 mai dernier. La 200e imprimante allemande du constructeur suisse est entrée en service le 21 novembre 2017. La France en recense 160 et le Benelux une bonne trentaine. SwissQprint développe trois gammes de machines hybrides : Oryx, Impala et Nyala. La Nyala est l’imprimante la mieux vendue en Europe dans sa catégorie depuis trois ans d’affilée (2015, 2016 et 2017). Ces machines offrent la possibilité d’imprimer jusqu’en 9 couleurs.

Michaël Buvens (en photo p. 14) est General Manager Belgium de Spandex depuis le début de l’année. Michaël possède de l’expérience dans le secteur du Sign, ayant notamment travaillé auparavant pour Antalis et Igepa. Il a confié que Spandex possède en stock plus de 200 qualités du célèbre film Din-Noc de 3M pour la décoration intérieure et l’ameublement. Commande possible à partir de 1 m2.

SwissQprint est une marque populaire en Europe – le film 3M Din-Noc, à partir de 1 m2 – sang neuf chez Spandex avec le General Manager Michaël Buvens

3Motion : cherche collaborateurs

3Motion, à Lokeren, illustrait la valeur ajoutée de la créativité avec son stand et ses éléments réalisés en matériaux écoresponsables. 3Motion, spécialiste de l’impression grand format et de la communication visuelle basée notamment sur des displays percutants, propose aussi ses services aux revendeurs. 3Motion, dont l’effectif s’élève aujourd’hui à 37 personnes, disait au Sign2Com être à la recherche de cinq nouveaux collaborateurs dans différentes disciplines.

Création de valeur ajoutée par la créativité

Probo : design thinking pour nouveaux produits

Probo, l’entreprise de production néerlandaise qui travaille uniquement pour les revendeurs, est une valeur sûre au Sign2Com. « Probo vend des services. Que demander de mieux comme lieu de rencontre qu’un salon professionnel pour nouer des contacts avec les gens ? D’où le choix du café Probo comme concept pour le stand. Tout le monde y est le bienvenu autour d’un café. Notre barista se tient à la disposition des visiteurs. Grandir en symbiose avec nos clients, voilà l’objectif », disait Erwin Damberg, qui se préparait à donner un peu plus tard un exposé consacré au Design Thinking. À ses débuts en 2001, Probo était une entreprise unipersonnelle. Aujourd’hui, en 2018, elle compte 263 salariés. La société a réalisé un chiffre d’affaires de 30 millions d’euros en 2017. Elle propose l’ensemble de la chaîne de valeur à ses clients : de la commande à la livraison. Elle appuie sa croissance sur les nouveaux clients et les nouveaux produits. Et l’une de ses méthodes pour en générer est le Design Thinking. Erwin Damberg : « L’innovation vraie ne vient pas des acteurs traditionnels. Ceux-ci se débattent avec des schémas de pensée trop profondément enracinés. Le Design Thinking aide à les contourner, à mettre de côté ses propres postulats. Chez Probo, le travail sur les nouveaux produits est confié à des équipes multidisciplinaires. Un bon exercice consiste à consacrer un petit quart d’heure au sein de l’entreprise à réfléchir à de nouveaux et chouettes produits autour d’un même matériau. Il faut toutefois accepter que l’innovation ne doive pas nécessairement être le chemin le plus court et le moins cher de A à B. Ce n’est pas ainsi que cela fonctionne. Il faut commencer par rassembler les idées. C’est ainsi qu’a vu le jour le papier peint auto-nivelant de Probo, solution intégrale de « relooking en un jour », destinée à la décoration intérieure de logements sociaux. Réenduire n’était pas une option, car l’habitant se serait retrouvé temporairement à la porte. Nous avons travaillé sur le projet en collaboration avec une association de locataires. Plusieurs idées ont éclos le même jour au sein de l’équipe. Nous les avons expérimentées dans la pratique. Il est en effet important de se mettre véritablement dans la peau du client. Mon conseil à ceux qui veulent inventer de nouveaux produits : travaillez ensemble et commencez dès aujourd’hui. L’impression textile ne faisait pas partie de notre zone de confort, mais Probo se taille un joli succès dans le domaine depuis lors. Ainsi, Motiflow.com est une plate-forme en ligne qui propose plus de 3 000 motifs de 300 designers. Elle fait désormais partie de Probo, qui vend les motifs imprimés sur papier peint, tissu ou papier cadeau à partir de 1 m2. » Les Panneaux acoustiques sont un autre produit de Probo. Un matériau acoustique est encollé sur le tissu imprimé et tendu dans un cadre en aluminium noir, pour un montage simple. Le cadre est disponible en différents formats. Le matériau acoustique est composé de 90 % de fibres de coton recyclées récupérées à partir de vieux jeans. Des échantillons de panneaux acoustiques, forts beaux objets très informatifs, étaient disponibles gratuitement sur le stand.

Papier peint autonivelant - panneaux acoustiques - motiflow.com - sous-traitance

L-Shop-Team : grossiste en textile non imprimé

Le grossiste allemand de textile non imprimé L-Shop-Team est représenté en Belgique depuis 2015 (https://shop.l-shop-team.be). L’entreprise est établie dans la région de Dortmund et elle dispose dans son assortiment de 5 900 types d’articles, permettant un total de 98 500 variantes de produits. Son entrepôt s’étend sur 40 000 m2. L’accent y est mis sur le textile : pulls, vestes, polos, tee-shirts, body warmers, chaussettes, bonnets, etc. L-Shop-Team Belgium avait déployé un stand très original destiné à attirer l’attention sur son offre des spécialistes de l’impression et de la broderie. L’ensemble de la gamme peut être visualisé et acheté sur le site Web. Sans oublier l’imposant catalogue imprimé que Michèle Bassez, la directrice, tient en mains sur la photo.

98 500 variantes de produits

Visix : nouvelle imprimante EFI de 3 mètres de large

Visix a investi dans une EFI Vutek 5R grand format, que l’entreprise utilise pour la construction de stands et le design d’intérieur, ainsi que pour l’impression de bâches traditionnelles en PVC pour applications extérieures. Cette imprimante LED-UV rouleau-rouleau de 5 mètres de large peut produire jusqu’à 460 m2/heure et offre une résolution de 1 200 dpi, ce qui donne du texte net jusqu’au corps 4. De quoi imprimer sans raccord des bâches d’exposition, des plafonds tendus et des décors de théâtre d’une largeur de 5 mètres. Visix, à Roulers, et Krekels, à Lokeren, ont conclu une alliance stratégique à travers une prise de participation croisée. Les entreprises fabriquent toutes les deux du matériel promotionnel, mais leurs gammes sont complémentaires. Visix est en effet active dans le segment intérieur, avec par exemple, des cadres textiles pour les expositions et les étalages. Krekels excelle quant à elle dans les produits de publicité mobile. Ceux-ci permettent de mettre une marque en valeur lors de toutes sortes d’événements, notamment avec des tentes imprimées, des arcs et des oriflammes. Plusieurs des tentes-étoiles de Krekels étaient ainsi visibles sur son stand au Sign2Com.

Solutions allant des cadres textiles à la publicité mobile.

Filmolux : nouvelles couleurs et nouveaux films dans l’assortiment Easy dot de Neschen

Le stand de Filmolux s’inspirait du concept « The Hotel » déployé par Neschen et Filmolux lors de la Fespa 2018 à Berlin. La très connue gamme de films Easy dot de Neschen s’était enrichie de 5 nouveaux coloris. À côté du doré et de l’argenté sont venus s’ajouter le rouge, le jaune, le vert, le bleu et le noir. Ces couleurs conviennent pour les applications d’intérieur et d’extérieur court terme. La variante « tableau noir » du film Easy dot est à présent aussi disponible en vert. Filmolux a également présenté le nouveau Solvoprint Easy dot 180 : des films plus épais (180 microns) et très opaques dotés d’une « colle par points » repositionnable spéciale. Convient pour l’impression avec des encres (éco)solvant, latex et UV.

Pour les surfaces brutes et poreuses et les subjectiles présentant une faible tension de surface, comme le plâtre, le béton, l’aggloméré et le polypropylène (difficiles à encoller donc), Filmolux a dans son assortiment deux films high-tack à l’adhérence renforcée : la version polymère Solvoprint performance wall-grip pour les applications à long terme et la version monomère Solvoprint power-tack 180 pour les actions à court terme. Filmolux propose en outre les textiles imprimables du fabricant allemand Pongs. Celui-ci est notamment réputé pour ses qualités de textiles techniques pour applications acoustiques.

Les films d’ameublement autocollants Tecosmart sont disponibles en 44 designs différents. Ce film décoratif est à base de papier et il présente une résistance chimique de surface élevée.

Filmolux Benelux BV, l’organisation de vente directe de Neschen Coatings au Benelux, entretient un blog intéressant consacré aux techniques et matériaux de signalétique sur son site www.filmolux.nl. Lecture conseillée.

Blog intéressant sur le site de Filmolux – extension de la gamme Easy dot – films d’ameublement autoadhésifs

Igepa : Agfa et Mimaki

Igepa est devenu distributeur exclusif de l’imprimante à plat LED UV Anapurna H1650i d’Agfa Graphics. Cette hybride de 1,65 m de large était en démonstration sur le stand du distributeur d’Aalter. La série Anapurna LED est équipée de têtes d’impression 1024i de Konica Minolta. Caractéristiques : de 7 à 63 m2/heure ; gouttelettes de 12 pl ; encres CMJNCcMc ou CMJN + blanc.

Quelques imprimantes Mimaki étaient en outre visibles sur le stand d’Igepa. La Mimaki UCJV300-75 est un système d’impression-découpe LED-UV offrant une largeur d’impression maxi de 800 mm. Il a été lancé à la Fespa de Berlin. Le Mimaki CJV150-130 est un système d’impression-découpe d’une largeur d’impression maxi de 1361 mm, fonctionnant avec des encres à écosolvant ou à sublimation. Les imprimantes Mimaki étaient également visibles sur le stand de Dimix.

Pendant la partie séminaires, Mimaki a attiré l’attention des participants sur la nouvelle encre respectueuse de l’environnement LUS-170 LED-UV, certifiée Greenguard Gold. La résistance aux rayures de l’encre LUS-170 est telle qu’un pelliculage n’est plus toujours nécessaire. Ivo van der Lem, de Mimaki, a notamment évoqué les salons de coiffure, de manucure ou d’esthétique parmi les nouveaux marchés possibles pour les signmakers. « Il est important pour eux de pouvoir se distinguer clairement et de trouver une image de marque forte sur la base de laquelle communiquer avec leurs clients. Ces métiers utilisent beaucoup de produits que nous pouvons personnaliser. »

L’Anapurna de 165 cm de large en exclusivité chez Igepa - les secteurs healthcare & beauty, marchés intéressants selon Mimaki

3logQ : première participation

Pour sa première participation au salon, le fournisseur 3logiQ était venu avec Mutoh et Summa. Cette société encore jeune a été fondée en 2017 par Wim Vandendriessche, Filip Jonckers et Kristof De Block, tous trois pouvant faire valoir de solides états de services dans le secteur. Nadine Van Dycke - également un visage connu dans la branche et qui figure à côté de Filip Jonckers sur la photo - est entrée chez 3logiQ depuis lors. 3logiQ montrait aussi la nouvelle imprimante à plat UV-LED PerformanceJet PJ-258UF de Mutoh. On pouvait également notamment voir sur le stand une grande table de découpe Summa et d’autres matériels Mutoh comme la Mutoh VJ 1638UR, imprimante LED-UV rouleau-rouleau de 162 cm de large, et la Mutoh ValueJet 426UF, imprimante à plat six couleurs LED-UV de format A3+ permettant d’imprimer jusqu’en 70 mm de haut.

Imprimante à plat LED-UV Mutoh PerformanceJet PJ-258UF – table de découpe Summa

Imapress : stratifiés haute pression personnalisés

Imapress, dont la production se trouve à Ypres, fabrique des panneaux HPL (high pressure laminate), des stratifiés à haute pression composés de couches de papier kraft imprégnées de résines phénoliques et revêtues pour la finition d’une couche décorative personnalisée trempée dans la mélamine. Par l’action combinée de la chaleur et la pression élevées appliquées pendant le procédé, le produit fini constitue une fusion permanente entre l’image et le HPL. Imapress utilise l’abréviation CHPL. Les panneaux sont conçus pour durer longtemps, au point que l’entreprise yproise n’hésite pas à donner 10 ans de garantie pour les applications d’intérieur comme d’extérieur. Le stratifié peut être utilisé sous n’importe quel climat et dans les conditions météorologiques extrêmes. Applications : décors, banquettes et tables de pique-nique, panneaux informatifs, signalisations routières, portes et armoires, ameublement, etc. Le matériau se façonne sans problème (fraisage, gravage, forage, etc.). Imapress dispose des machines nécessaires en interne. Sur la photo : Philippe Liébart, d’Imapress.

Production propre à Ypres - 10 ans de garantie sur les applications d’intérieur et d’extérieur

Alain Vermeire